Quelques aspects de l’œuvre de Jean-Marie Legay

Natures Sciences Sociétés 20 (4):461-463 (2012)
Download Edit this record How to cite View on PhilPapers
Abstract
Cet article revient sur la pratique scientifique et les thèses épistémologiques de Jean-Marie Legay concernant les modèles, les simulations et les systèmes complexes. Il montre qu'il y a une cohérence entre sa thèse anti-représentationnaliste concernant les modèles et les simulations et sa caractérisation même des systèmes complexes : une simulation informatique, seule, n'est pas une expérience au sens fort car, en l'isolant, on perd la dimension complexe de toute entreprise d'expérimentation scientifique dès lors qu'il y manque le modélisateur, le terrain d'inspiration originelle ainsi que les objectifs de simulation, qui en interagissant à eux trois forment un système complexe. Vouloir prendre une simulation séparée de son modélisateur et de son ancrage empirique originel pour une expérience au sens fort, vouloir la considérer à elle seule comme une captation intégrale, dans la machine, de la complexité des systèmes étudiés par ailleurs en sciences de la vie et de l'environnement, ce serait croire que l'aventure scientifique elle-même n'aurait plus désormais, avec l'essor contemporain de l'informatique de modélisation, à être considérée elle-même comme complexe. C'est bien cette seule idée qui lui paraissait déraisonnable.
Keywords
No keywords specified (fix it)
PhilPapers/Archive ID
VARQAD
Upload history
Archival date: 2015-11-21
View other versions
Added to PP index
2014-02-02

Total views
143 ( #34,041 of 2,425,653 )

Recent downloads (6 months)
21 ( #34,440 of 2,425,653 )

How can I increase my downloads?

Downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.