Consentement présumé, famille et équité dans le don d'organes

Revue de Métaphysique et de Morale 67 (3):341-354 (2010)
Download Edit this record How to cite View on PhilPapers
Abstract
Cet article propose une évaluation éthique des institutions qui organisent la transplantation avec donneurs décédés, au travers du rôle qu’elles accordent à la famille survivante. Son objectif est double. Il s’agit, premièrement, de montrer que la famille possède un pouvoir de décision considérable en matière de prélèvement posthume bien que les législations soient habituellement décrites comme fondées sur le consentement ou l’opposition des personnes concernées. Deuxièmement, il s’agit de montrer que les politiques qui octroient un tel pouvoir aux familles manquent à un devoir d’équité, en négligeant les intérêts à la fois des personnes concernées et des malades en attente de greffe.
PhilPapers/Archive ID
DUMCPF
Upload history
Archival date: 2014-12-26
View other versions
Added to PP index
2013-09-30

Total views
146 ( #37,084 of 2,449,205 )

Recent downloads (6 months)
6 ( #55,399 of 2,449,205 )

How can I increase my downloads?

Downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.