Chose et subjectivité dans l'Ethique de Spinoza

Revue des Sciences Philosophiques Et Théologiques 82 (1):49-64 (1998)
  Copy   BIBTEX

Abstract

Le but de ce texte est de mettre en évidence les équi­valences entre la façon dont le concept de conatus résout, dans l'Éthique, le problème de l'unité modale complexe. en rendant consis­tant le concept de chose singulière en tant que celle-ci doit être consi­dérée comme un légitime sujet d'attribution d'états, et la façon dont ce même concept dessine le rapport cognitif de l'esprit avec lui-même, rapport par lequel l'esprit se saisit comme sujet de ses états et qui ca­ractérise la notion moderne de subjectivité. Ainsi, en éclairant cet as­pect du concept spinoziste de chose singulière. on comprendra aussi, de façon indirecte, l'une des conditions par lesquelles les choses peuvent, dans la doctrine spinoziste, devenir des objets ou des signes pour la connaissance humaine.

Author Profiles

Liad Levy-Mousan
Hebrew University of Jerusalem
Lia Levy
Federal University of Rio Grande do Sul

Analytics

Added to PP
2014-03-29

Downloads
251 (#68,980)

6 months
70 (#76,354)

Historical graph of downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.
How can I increase my downloads?