Nature et abolitionnisme chez Henry David Thoreau

Ithaque 1 (33):81–110 (2023)
  Copy   BIBTEX

Abstract

L’ambition du présent article est de montrer la filiation entre le naturalisme d’Henry David Thoreau et ses positions antiesclavagistes. Je défends que cette filiation se fait voir par la façon dont l’éthique de Thoreau s’appuie sur une certaine conception de la nature et par la manière dont ses vues abolitionnistes découlent de cette éthique. Je fais valoir, plus précisément, que la fuite de Thoreau dans la nature n’est pas seulement, comme le prétend le politologue Malcom Ferdinand, un moyen comme un autre qu’emploierait Thoreau pour protester contre l’esclavagisme. Il faut plutôt voir en l’idée que se fait Thoreau de la nature ce qui nourrit ses positions antiesclavagistes. L’éthique de Thoreau est une éthique de la vertu qui repose sur l’idée que l’être humain est un être de nature. L’accomplissement humain doit être pensé en rapport avec une certaine idée de nature – la nature sauvage – et l’esclavage condamné parce qu’il dénature l’homme. L’abolitionnisme de Thoreau n’est donc pas, comme le défend Ferdinand, la cause du naturalisme de Thoreau. C’est bien plutôt de son naturalisme que découlent ses vues abolitionnistes.

Author's Profile

Olivier Provencher
Université du Québec à Montreal

Analytics

Added to PP
2023-12-19

Downloads
117 (#85,453)

6 months
117 (#34,610)

Historical graph of downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.
How can I increase my downloads?