Les attitudes russelliennes

Cahiers de Philosophie de L’Université de Caen 54:149-168 (2017)
  Copy   BIBTEX

Abstract

Russell prétend qu’un examen des croyances est indispensable pour définir nos raisonnements quotidiens et comprendre ce que les philosophes entendent par la notion de vérité. Cela étant, l’auteur considère qu’une étude de ces croyances n’a aucun rapport avec la logique, laquelle concerne uniquement le vrai et le faux. En d’autres termes, Russell associe croyance et psychologie tout en réservant le domaine de la logique au thème de la proposition, vraie ou fausse par définition. Une certaine théorie de la vérité sous-tend son rejet primordial d’une logique épistémique ; si la croyance a un intérêt philosophique, c’est parce que Russell se sert de son examen pour discerner la théorie de la vérité que défendent plusieurs philosophes : la théorie de la vérité-cohérence est une cible principale du Britannique, qui défend pour sa part une théorie de la vérité-correspondance en caractérisant la proposition par sa relation de correspondance ou de non-correspondance avec un fait.

Author's Profile

Fabien Schang
Universidade Federal de Goiás (PhD)

Analytics

Added to PP
2019-03-09

Downloads
209 (#37,836)

6 months
42 (#24,296)

Historical graph of downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.
How can I increase my downloads?