L'État comme âme, le citoyen comme soumis et comme résistant

In Poltier Hugues (ed.), Spinoza politique: Penser la puissance de la multitude. Lausanne, Switzerland: pp. 185-205 (2015)
Download Edit this record How to cite View on PhilPapers
Abstract
Nous cherchons ici à étudier la signification du fait qu’un État, chez Spinoza, peut se comprendre intégralement comme étant une « âme » singulière. Nous montrons en quoi cette compréhension de l’État comme « âme » permet d’expliciter les éléments centraux de la théorie de l’obéissance chez Spinoza, et en quoi le succès du projet politique spinoziste n’est envisageable que de cette perspective. Nous soulevons en conclusion un paradoxe : Spinoza écrit (TP 3/8) que nul ne cède de sa faculté de juger ; et à force de tirer sur ce fil, nous montrons que Spinoza y aborde de façon discrète et indirecte la possibilité de la disparition de l’État, dans la mesure même où il aura réussi à encourager l’obéissance et à faire en sorte que « l’âme » de tous devienne un bien commun.
Categories
PhilPapers/Archive ID
STELCM-2
Upload history
First archival date: 2017-05-09
Latest version: 5 (2017-10-12)
View other versions
Added to PP index
2017-05-09

Total views
62 ( #45,295 of 55,846 )

Recent downloads (6 months)
10 ( #47,706 of 55,846 )

How can I increase my downloads?

Downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.