Continuité et rupture en histoire de la philosophie : le cas de l'épicurisme selon Diderot

In Christian Leduc & Daniel Dumouchel (eds.), Les ismes et catégories historiographiques. Formation et usage à l'époque moderne. Québec, QC, Canada: pp. 1-16 (2021)
Download Edit this record How to cite View on PhilPapers
Abstract
À la toute fin de l’article « Épicuréisme ou Épicurisme » de l’Encyclopédie, après une adaptation très particulière de l’information qu’il a trouvée dans l’Historia Critica Philosophiae de Brucker, Diderot écrit une brève histoire de l’épicurisme moderne se concluant par cette phrase significative : « en quelque lieu & en quelque tems que ce soit, la secte épicurienne n’a jamais eu plus d’éclat qu’en France, & sur-tout pendant le siecle dernier. » Ma contribution prend prétexte cette affirmation pour essayer de penser ce que signifie, pour Diderot, constituer une secte épicurienne aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il devient alors possible de clarifier ce que sont les modalités du rapport à l’histoire de la philosophie impliquées dans cette affirmation, et le sens que Diderot prête à la filiation et à l’héritages philosophiques. Penser l’épicurisme moderne devient une manière de contester le récit simplificateur d’une modernité qui ne se définirait que par la rupture avec le passé.
Categories
(categorize this paper)
PhilPapers/Archive ID
RIOCER
Upload history
Archival date: 2021-10-27
View other versions
Added to PP index
2021-10-27

Total views
16 ( #65,779 of 65,772 )

Recent downloads (6 months)
16 ( #42,497 of 65,772 )

How can I increase my downloads?

Downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks on external links on PhilPapers.