Tolérance libérale et délibération : l'apport de la neutralité scientifique

Download Edit this record How to cite View on PhilPapers
Abstract
Cet article poursuit la réflexion de Dilhac (2014) touchant la relation entre politique et vérité. Au terme d’une analyse de la tolérance chez Mill et Popper, Dilhac conclut qu’une conception épistémique de la tolérance manque sa dimension politique, et qu’il est préférable d’opter pour le concept rawlsien de consensus raisonnable. Discutant ces résultats, le premier objectif est ici de montrer qu’une notion de « raisonnabilité » peut facilement trouver ses racines dans la neutralité scientifique wébérienne, et donc être porteuse d’une dimension épistémique minimale. Le second objectif est de clarifier l’impact de cet argument particulier sur le débat général entourant la démocratie épistémique. Il sera défendu que l’opposition traditionnelle entre les conceptions épistémique et politique de la délibération est à trouver dans un certain perfectionnisme épistémique, mais qu’il existe au moins une conception minimale du potentiel épistémique tout à fait compatible avec les valeurs fondamentales du libéralisme, comme l’inclusion, l’égalité ou la diversité. En d’autres termes, les exigences épistémiques minimales de la neutralité scientifique peuvent être indépendantes du perfectionnisme épistémique.
PhilPapers/Archive ID
DAOTLE
Revision history
First archival date: 2016-06-17
Latest version: 3 (2017-01-10)
View upload history
References found in this work BETA

No references found.

Add more references

Citations of this work BETA
Sciences normatives, procédures neutres.Marc-Kevin Daoust - 2018 - Philosophia Scientiæ. Travaux d'Histoire Et de Philosophie des Sciences 22:37-57.

Add more citations

Added to PP index
2016-06-17

Total views
170 ( #24,252 of 49,996 )

Recent downloads (6 months)
30 ( #21,287 of 49,996 )

How can I increase my downloads?

Downloads since first upload
This graph includes both downloads from PhilArchive and clicks to external links.